Pour la première fois, des chercheurs français ont réussi à lire par simple spectrométrie de masse plusieurs octets d’information stockés à l’échelle moléculaire sur des polymères synthétiques. Ces travaux menés conjointement par l’Institut Charles Sadron (CNRS) de Strasbourg et l’Institut de chimie radicalaire (CNRS/Aix Marseille Université) représentent un record du monde en termes de séquence moléculaire analysable via cette méthode de routine. Elle ouvre la voie au stockage de données à une échelle cent fois plus petite que celle des disques durs actuels.

Pour parvenir à ce résultat, les chercheurs ont eu recours à des molécules synthétiques, plus faciles à manipuler et à lire que les molécules naturelles comme l’ADN. Pour ce faire, la structure moléculaire de ces polymères a été spécifiquement optimisée pour le séquençage par spectrométrie de masse. Deux types de monomères contenant un groupement phosphate ont été assemblés, chacun représentant un 0 ou un 1. Tous les 8 monomères, un séparateur moléculaire a été introduit.

Source : http://www.rtflash.fr