Des scientifiques mettent au point un enrobé auto-cicatrisant qui contient des nanoparticules d’oxyde de fer qui chauffent en présence d’un champ magnétique et font fondre le bitume.

Le bitume est le liant noir visqueux qui, mélangé avec des agrégats, est utilisé pour la construction des routes. Mais ce matériau se fissure et s’effrite sous l’effet de l’usure, des différences de température et des substances chimiques. Et les fissures finissent par se développer sous le poids du trafic, rendant les réparations nécessaires mais coûteuses et compliquées parce que les routes doivent être fermées à la circulation.

Des chercheurs ont déjà testé des matériaux auto-cicatrisants à base de fibres d’acier activés avec un champ magnétique, mais celles-ci mettaient trop de temps à chauffer, et il fallait plusieurs minutes pour réparer 50 cm de route.

Des scientifiques de l’ETH Zurich et de l’EMPA (CH) travaillent à la mise au point d’un enrobé auto-cicatrisant résistant qui contient des nanoparticules d’oxyde de fer de 50 nm recouvertes d’un acide gras : il peut aussi être réparé à l’aide d’un champ magnétique. Mais le matériau chauffe beaucoup plus rapidement; la viscosité du bitume chute entre 50 et 100°C, permettant un comblement des fissures. Les nanoparticules étant enrobées dans le bitume, elles ne présenteraient pas de danger.

Si toute la surface de la route est faite de ce matériau, un véhicule d’entretien équipé de grosses bobines magnétiques géantes pourrait passer régulièrement pour relancer le processus de cicatrisation.

Sources :  Sirris (02-02-2018), Brevet WO2016169880,