Des billes et des doublons biodégradables de Mardi Gras ont été développés par Naohiro Kato, professeur agrégé au département des sciences biologiques de la  LSU (Lousiane State University), qui pourraient aider à empêcher des dizaines de milliers de kilos de plastique de pénétrer dans l’environnement à chaque saison du Mardi Gras.

Naohiro Kato, professeur au Département des sciences biologiques de la LSU, a mis au point un procédé de fabrication des billes biodégradables de Mardi Gras. Il a déposé des demandes de brevet sur diverses formulations et méthodes de fabrication de perles biodégradables qui pourraient aider à empêcher des dizaines de tonnes de perles en plastique de Mardi Gras de pénétrer dans l’environnement chaque année.

Pour l’une de ses inventions, Naohiro Kato a mis au point un procédé permettant de faire pousser une espèce d’algue microscopique baptisée « diatomée », de la récolter et de la transformer en une poudre qui peut former des billes et des doublons. Après le plaisir, ces lancers festifs se biodégraderont dans le sol au bout d’un à deux ans.

Le plus grand défi de la production est de compenser le coût élevé de la fabrication d’une bille plus respectueuse de l’environnement. Naohiro Kato estime qu’il en coûtera environ 40 000 dollars pour produire le premier lot de 3 000 colliers de billes biodégradables, soit environ 13 dollars par collier, bien qu’un deuxième lot puisse être produit pour 1 dollar ou moins par collier. Il a reçu de l’aide du « LSU Board of Supervisors’ Leveraging Innovation for Technology Transfer », sous la forme d’une subvention LIFT2 (Leveraging Innovation for Technology Transfer). Il a également été approché par des investisseurs providentiels.

Entre-temps, Naohiro Kato a identifié un marché viable pour l’extraction de divers composés trouvés dans les algues qui pourraient aider à compenser le coût des billes – l’industrie nutraceutique, qui distribue des produits naturels pour les suppléments, les cosmétiques et les aliments, pourrait bénéficier de l’approvisionnement de ces matières à partir des algues.

Grâce aux diatomées qu’il a cultivées, le chercheur a pu extraire un antioxydant appelé fucoxanthine, dont les propriétés naturelles anticancéreuses ont également été démontrées. La fucoxanthine est un produit de grande valeur qui représente une industrie d’environ 300 millions de dollars. Naohiro Kato a dit qu’il peut vendre environ 500 gr de fucoxanthine en poudre pour environ 50 000 dollars.

Read more at : https://www.infohightech.com/des-billes-biodegradables-pour-le-mardi-gras/