Les copolymères à blocs amphiphiles en solution s’organisent en micelles composées d’un coeur solvophobe entouré d’une couronne solvophile1 qui ont pour intérêt de former des morphologies diverses (sphères, cylindres, vésicules, lamelles, particules Janus, etc…) et fonctionnalisables. Néanmoins les chaînes individuelles de polymère (i.e. unimères) de la plupart de ces systèmes sont incapables de s’échanger entre les micelles, ce qui les rend très peu sensibles à des stimuli extérieurs et difficilement adaptables.
Un concept permettant de remédier à ce défaut est d’utiliser des copolymères qui s’auto-associent non plus par des interactions solvophobes mais par liaisons hydrogène.

Ce projet a pour objectif d’étudier l’influence des paramètres tels que l’architecture des polymères, leur topologie, leur nature, composition, masses molaires, dispersité, ainsi que la nature du solvant (en particulier en fonction de sa capacité à former des liaisons hydrogène), la température, le pH et la force ionique sur les co-assemblages supramoléculaires. Les polymères seront synthétisés par polymérisation radicalaire contrôlée (ex : RAFT).5 Les co-assemblages seront étudiés par des techniques de diffusion de rayonnement (DLS, SLS, SAXS, …) ainsi que par RMN, DSC, IRTF et TEM.

Publié le 10/04/2019