Ce projet de recherche vise à étudier : i) les interactions entre les nanoparticules lipidiques à base d’acides nucléiques (ADN de thymus de veau, ADN plasmidique, oligonucléotides et ARNm) et les membranes lipidiques, afin de mimer la fuite endosomale ; et ii) les mécanismes de désassemblage de ces nanoparticules dans les conditions physicochimiques rencontrées dans le milieu extra- et intracellulaire. Le projet se déroulera sur 4 volets. Le premier volet correspond à la formulation des nanoparticules lipidiques en microfluidique et à leur caractérisation colloïdale (taille et morphologie, charge de surface, stabilité). L’étude de leur dissociation dans un contexte biologique sera réalisée dans le volet 2. Dans ce volet, la capacité des osmolytes, des membranes lipidiques et des polyanions biologiques compétitifs (héparine, sulfate de chondroïtine, acide hyaluronique, etc) à perturber les nanoparticules sera évaluée par des techniques physico-chimiques, biophysiques et microscopiques. Des informations quantitatives sur la quantité d’ADN libérée après exposition à différents environnements biologiques seront obtenues par de l’électrophorèse sur gel ou par spectroscopie. La volet 3 sera dédié à l’étude de la cinétique de désassemblage des nanoparticules dans les conditions physico-chimiques proches de celles rencontrées dans l’environnement extra- et intracellulaire en utilisant une technique de mélange rapide (stopped flow mixing) couplée à différents détecteurs (dichroïsme circulaire, diffusion de lumières et fluorescence). Enfin, le suivi du désassemblage extracellulaire et intracellulaire des nanoparticules sera effectué sur des cellules vivantes à partir des mesures de fluorescence en microscopie confocale.

Publié le 12/06/2022