Le développement de dispositifs permettant de récupérer l’énergie environnante perdue (énergie mécanique, énergie thermique) pour générer de l’électricité est actuellement en pleine expansion. Cette thèse a pour objectif l’étude de nanocomposites flexibles capables de présenter des propriétés piézoélectriques (conversion énergie mécanique / énergie électrique) ou thermoélectriques (conversion énergie thermique / énergie électrique) et également susceptibles d’être intégrés dans des systèmes afin de gérer cette énergie électrique récupérée. Elle s’inscrit dans le cadre du projet COMASYS « Continuum de l’énergie : du matériau aux systèmes », projet structurant la thématique « énergie » du site universitaire lillois. Les nanocomposites seront constitués de charges conductrices telles que des nanotubes ou nanofils métalliques dispersés dans une matrice polymère piézoélectrique de type fluorée. A faible teneur en nanocharges, la matrice polymère piézoélectrique prédomine le comportement. Les charges conductrices permettent une amélioration des propriétés diélectriques et donc piézoélectriques des composites. A teneur en nanocharges élevée, le comportement thermoélectrique est prédominant, jusqu’à atteindre un optimum. Une étude de la relation entre la teneur en nanocharges et les propriétés piézoélectriques et thermoélectriques sera donc réalisée en lien avec la structure et la morphologie des composites. A terme, une ouverture vers la fabrication de textiles à base de ces nanocomposites est envisagée en collaboration avec le Gemtex.

Publié le 04/07/2022