Le réseau

  • Environ 900 membres adhérents dans des domaines variés recouvrant toutes les activités où interviennent les polymères (matériaux de structure, matériaux fonctionnels, solutions..)..
  • Des membres de la recherche académique et des industriels.
  • Des relations nationales/internationales par le biais de sociétés soeurs : SCF, FFM, AFICEP, SFIP, EPF, IUPAC, ACS…
  • Un colloque annuel réunissant environ 150 participants.
  • Des colloques thématiques organisés par les sections régionales.
  • Des manifestations organisées en collaboration étroite avec des sociétés soeurs : Colloques SAGE (SFIP, AFICEP, GFP), Congrès Matériaux (Sociétés adhérentes à la FFM).

L'organisation

  • Une structure nationale avec un Conseil d’Administration comprenant des industriels, des enseignants et des chercheurs
  • Des sections régionales couvrant tout le territoire français
  • Une Commission Enseignement dynamique éditant des ouvrages spécialisés variés très bon marché et en Français pour les membres du GFP.

La structure de veille et de réflexion prospective

  • Identifications des innovations et suivi des développements récents (via publications et brevets) -> publications de Bulletins de Brèves
  • Accès à des plateformes technologiques pour la caractérisation et le développement des nouveaux polymères et base de données sur leurs moyens techniques et humains
  • Préparation et organisation d’ateliers de prospectives sur thématiques particulières, éventuellement à la demande et en collaboration avec des partenaires.

A ne pas manquer !!!

Actualités

L’appel à proposition de poster est prolongé jusqu’au 24 mai pour Polymerix

Rejoignez-nous du 26 au 28 juin à Rennes pour faire connaître vos innovations autour des #polymères #biosourcés et leur applications non alimentaires.

Les meilleures propositions seront sélectionnées pour des présentation orales flash en session plénière le 27 juin et pourront concourir au prix du meilleur poster.

Polymerix, c’est aussi une occasion unique de participer à des RDV B2B, d’échanger avec la trentaine de conférenciers présents et de découvrir des projets industriels innovants

Des scientifiques inventent une méthode pour transformer le plastique quasi-incassable en polyester biodégradable

Des chercheurs de l’Université d’Aarhus ont développé une méthode pour recycler le polyéthylène (PE), un plastique difficile à dégrader, en polyester biodégradable. Le projet ACTPAC utilise des catalyseurs, des systèmes microbiens recombinants et des enzymes pour convertir le PE en alkanes, puis en monomères de haute valeur, et enfin en polymères biodégradables. Ce procédé industriel vise à réduire les déchets plastiques et à valoriser les matériaux.

Les matériaux alternatifs aux plastiques pour l’emballage ne sont pas toujours plus durables

Une étude du Politecnico di Milano examine la durabilité réelle des matériaux alternatifs aux plastiques, en analysant 53 études de cycle de vie (LCA). Bien que les bioplastiques présentent des avantages en termes de changement climatique et de déplétion des ressources fossiles, d’autres catégories d’impact environnemental montrent des inconvénients. Les matériaux comme le verre et les métaux, bien que réutilisables, posent des défis liés à leur poids et à leur transport. La durabilité des emballages nécessite une évaluation complète de leur cycle de vie.

Exploration du mécanisme de non solvabilité des polymères par spectroscopie d’absorption des rayons X

Des chercheurs ont étudié le mécanisme de non solvabilité du poly(N-isopropylacrylamide) (PNIPAM) à l’aide de la spectroscopie d’absorption des rayons X (XAS) et de simulations de dynamique moléculaire (MD). Leurs résultats montrent que les interactions hydrophobes entre le PNIPAM et les clusters de méthanol jouent un rôle clé dans l’agrégation et la cononsolvabilité du PNIPAM dans des solutions aqueuses de méthanol, aidant à comprendre les dynamiques de transition de phase des polymères et des biomolécules.

Production personnalisée de revêtements antiviraux et de surfaces pour cultures cellulaires

Des chercheurs de l’Université de Kiel ont comparé divers revêtements biomédicaux et analysé leurs interactions avec la peau, les cellules et les virus. Ils ont utilisé une technique de dépôt chimique en phase vapeur initiée (iCVD) pour produire des revêtements ultra-lisses et uniformes, sans défauts, permettant d’étudier précisément les interactions entre les revêtements et les virus. Ce procédé, plus respectueux de l’environnement, a été appliqué pour créer des surfaces antivirales pour des produits variés, comme les écrans tactiles et les filtres de masques respiratoires.

Ce que les fourmis de feu peuvent nous apprendre sur les matériaux auto-cicatrisants

Des chercheurs de l’Université de Binghamton étudient les radeaux formés par les fourmis de feu pour comprendre comment elles adaptent et renforcent leurs liaisons sous pression. Cette recherche pourrait inspirer la création de matériaux auto-cicatrisants avec des liaisons qui se renforcent sous contrainte, améliorant ainsi la durabilité des implants biomédicaux, des adhésifs et des composants robotiques.

Un sous-produit du biodiesel de soja pourrait améliorer l’industrie de l’impression 3D

Des chercheurs de l’Université de Louisville ont mis au point un procédé pour transformer le MONG (matière organique non glycérique), un sous-produit du biodiesel de soja, en copolymères pour les filaments d’impression 3D. Ce procédé écologique valorise les déchets du biodiesel et offre une alternative durable aux polymères synthétiques.

Les résidus de taille d’avocat pour des emballages alimentaires plus durables

Des chercheurs des universités de Cordoue et de Gérone ont développé un prototype d’emballage alimentaire plus durable en utilisant des résidus de taille d’avocat. Par un processus semi-chimique et mécanique, ils ont isolé les fibres des résidus ligneux et les ont intégrées dans un bioplastique, réduisant ainsi l’utilisation de biopolyéthylène non biodégradable. Ce nouveau matériau, plus résistant, pourrait révolutionner l’emballage alimentaire en offrant des options plus écologiques.

Découvrir/adhérer au GFP

Sociétés Savantes et partenaires

Institut Charles Sadron CNRS UPR22
23 rue du Loess, BP 84047
67034 STRASBOURG Cedex2
web : http://www.gfp.asso.fr, Secrétaire general : gfp@gfp.asso.fr,
Secrétariat : secretariat@gfp.asso.fr,
webmaster : webmaster@gfp.asso.fr